lundi 15 décembre 2014

MAMAN FESSE !

              Une belle histoire humoristique, sans doute réelle, sans violence, tirée du livre de Sophie
Dompierre aux éditions SNEL en 1976 .               


                                    
                                                                 ______________________

                     C'est en sortant d'une compétition sportive à laquelle participait mon fils de 13 ans, que nous avons assisté à une scène peu banale de voir une dame courroucée déculotter son gamin pour lui flanquer une bonne fessée !
 Cà nous avait fait rire, mais en montant dans la voiture je ne pus m'empêcher de dire à Loïc :
-" Voilà ce que tu aurais mérité quand tu n'étais pas sage ! La fessée cul nu !"
Sa réponse fut déconcertante !
-" Alors, pourquoi tu ne l'as jamais fait ? Tu le regrettes ?"
-" Oh non ! Quelques claques sur ton pantalon suffisaient bien ! Mais de là à te déculotter ...!"
-" Hum ... pourtant ce ne doit pas être désagréable d'avoir le pantalon baissé par sa petite maman pour qu'elle donne la fessée !"
-" Ben voyons ! Mais çà m'étonnerait beaucoup que le garnement apprécie d'avoir le derrière tout nu bien chauffé par les claques de ... sa petite maman !"
Il faisait la moue !
-" Je ne sais pas, j'ai jamais connu ! Un vide dans mon enfance ... !"
Ouh ... il commençait sérieusement à m'énerver !
 J'avisai un petit parking en bordure de la nationale et j'y stoppai mon véhicule !
-" Tu veux que je le comble ce vide ? C'est çà ? Que je te déculotte ici même et que je te flanque une fessée ?"
Il haussa les épaules en répondant : " Fallait le faire quand j'étais plus petit ! Maintenant çà me ferait trop plaisir !"
Bon sang de bonsoir ! Furieuse, je descendis de voiture pour en faire le tour, ouvrir sa portière et l'obliger, manu militari, à en sortir !
 " Mais ... qu'est-ce qui te prends, maman ?"
-" Je tiens à réparer un certain oubli de ma part sur un point nébuleux de ton enfance !"
Ma rage était telle que je n'eus aucun mal à le ployer sous mon bras !

Et malgré le flot incessant des voitures qui passaient, je lui baissai son pantalon ainsi que son slip ! Ah, il les montrait bien ses fesses nues !
 Aussitôt je me mis en devoir de lui flanquer une magistrale fessée !
Certes, il n'était pas habitué à ce genre de correction et il criait, il gesticulait, mais le cramponnant fermement, j'étais bien décidée à lui claquer ses rondeurs jusqu'à ce qu'elles soient rouges écarlates !

Pour celà, j'avais j'avais bien dû le fesser une quarantaine de fois avec belle vigueur !
Une fois le châtiment terminé, je relachai mon étreinte, et il porta immédiatement ses mains aux fesses pour les frotter !
-" Ouh ... çà fait mal maman ! C'est horrible !"
- " Mais non mon chéri ! La fessée déculottée, c'est la plus douce des punitions corporelles ! Et cette fessée déculottée, tu l'as reçu devant des tas gens qui circulent sur cette route !"
Il s'en rendit compte et remonta rapidement son pantalon !
  Une fois retournés dans la voiture, je le questionnai ironiquement :
-" Alors ? Une bonne fessée donnée par sa petite maman, c'est aussi bien que tu le pensais ?"
-" Heu pas vraiment ! Mais maintenant je sais !"
-" Ah bon ? Et ... qu'est-ce que tu sais ?"
-" Je sais que çà fait vachement mal, je sais que çà fait vachement honte, et je sais que je ne te provoquerai plus ! Punaise ! J'ai le cul pire que l'Etna en irruption !"
Je ne pus m'empêcher d'éclater de rire !
Et il continua avec une petite moue adorable :
-" Puis ... maintenant je sais que ma petite maman est capable de me déculotter et me fesser ! Même dans les endroits les plus inattendus ! Alors ... je me méfie ! Des fois qu'il y est un autre parking avec plein de gens arrêtés !
  Finalement, nous avons repris la route en rigolant réciproquement de cette fessée !

lundi 1 décembre 2014

Juste quelques dessins !

                                                              Désolé mais quelques problèmes matériels m'ont empêché de pouvoir dessiner à ma convenance agrémenté des textes adéquats !  J'espère que Thaïs  
( Avec Edouahar ) et Martine ( Avec Mathieu ) ne m'en voudront pas trop !
  En attendant, je vous offre quelques dessins assez anciens que j'avais en réserve !
 
    Cà, c'est moi ! Je devais avoir une douzaine d'années quand j'ai connu pour la première fois la brosse à cheveux sur mes fesses ! C'est horrible et je dois avouer que je préfère encore le martinet ! Ce simple instrument de coiffure, une fois retourné et bien appliqué sur les fesses nues,
même sans durer bien longtemps est pire qu'une magistrale fessée à la main !

 
   Ce dessin est représentatif d'une bonne fessée en public ! En plus en pleine rue devant des personnes étrangères ! Je crois que c'est la pire des hontes ! Etre déculottée en présence d'autres personnes pour être corrigée ! J'ai connu une fille qui a subi cette humiliation et je dois dire que çà l'a marqué moralement ! ( Avec la complicité pour le dessin de ma petite Estelle !)
 
   Il n'était pas rare que dans les fermes de mon pays, les femmes reçoivent également la fessée par leur "bonhomme" ! Et c'en était des bonnes !  Planqué dans un buisson, j'en ai vu une se faire claquer les fesses, et je dois dire qu'elle avait vraiment de grosses fesses ! A l'époque, c'était vraiment impressionnant pour un gamin de voir un tel fessier !
 
   Là, mais il parait que c'est un "racontar", le fameux " On dit que ...", mais une maîtresse d'école, toujours dans une région proche de chez moi, convoquait les pères des élèves fautifs pour leur flanquer la fessée ! Et soi-disant, ils étaient déculottés ! Certains grands-pères en rigolent encore mais sans vraiment dire la vérité !  Lard ou cochon ?
 
                                                             A bientôt !

lundi 17 novembre 2014

COLETTE ET REMY !


                                                             Voilà une petite histoire imaginaire, voir féérique, que peut-être beaucoup d'enfants ont dû rêver le soir dans leur lit en caressant leurs fesses encore toutes brûlantes !
                                                             Histoire de s'amuser !

                                                     _______________________________


                                 Assis sur les marches  de la place du marché, Colette et Rémy étaient en train de  " philosopher " sur un drôle de sujet !
-" J'en ai marre de recevoir une fessée à chaque bêtise que je fais ! Mes parents en font autant que moi, mais eux n'ont pas droit à la fessée !"
-" Oui, t'as raison ! Moi aussi, je suis déculottée pour exposer mes fesses à la correction ! Tandis qu'eux, lorsqu'ils font une ânerie, ils en rigolent ! C'est pas juste !"

 Quand d'un coup, une voix "off" venue de nul part se fit entendre :
-" Vous savez, les enfants, il existe une planéte où  les adultes reçoivent de bonnes fessées par des enfants comme vous ! Même que ce sont eux qui vont à l'école avec un bonnet d'âne !
Regardez bien ce gros nuage blanc au dessus de vos têtes ! Vous allez voir apparaître des images qui vont vous en dire plus !"
 Alors les deux gosses fixèrent ce nuage et, en effet, au bout d'un moment, ils aperçurent des personnages !
 D'abord des enfants de leur age et leur taille, trés flous, leurs visages à peine visibles, accompagnés d'adultes très grands, presque des géants ! Environ 1mètre 90 et même 2 mètres !
Puis les enfants devinrent plus nets et, Oh surprise ! c'étaient vraiment leurs sosies !
Colette et Rémy se reconnaissaient parfaitement !
Ensuite, les images défilèrent et Rémy put se voir en train de sermonner une grande dame qu'il ne connaissait pas mais que le "pseudo Rémy", dans ce nuage appelait "Maman " !
-" Tu sais, maman, que je ne veux pas que tu dises de gros mots ! Il va falloir que je te punisse,
n'est-ce pas ?"
-" Oh non mon fils ! Pas la fessée !"
Sans lui répondre, il souleva sa jupe et la coucha en travers de ses cuisses !
( Le vrai Rémy se posa une question : Comment avait-il fait ? Cette géante devait bien peser ses 80 kilos ! Pour un gringalet comme lui ... ! )
 Puis il lui baissa sa culotte, et Rémy put voir une magnifique paire de fesses rebondies, dignes de celles qu'il avait admiré sur les grandes statues au musée du Louvre !
Et la vilaine maman reçu une magistrale fessée !
Une fessée comme il ne l'avait jamais imaginé ! Bien claquante qui dura une centaine de claques !
Les rondeurs bien dodues étaient écarlates de partout !

 Puis le film disparut pour laisser place à une "pseudo Colette", les mains sur les hanches, en train d'enguirlander un grand "papa" tout penaud !
-" Moi je sais pourquoi tu es en retard ! Parce que tu as fait un détour par le bistro pour aller trinquer avec tes copains ! Oh, mais tu vas avoir la correction que tu mérites !"
-" Non, Fifille ! j'le ferai plus !"
Mais la fifille en question était intraitable ! Elle revint munie d'une brosse à cheveux !
Une brosse qui parut énorme aux yeux de la vraie Colette, mais comme tout était démesuré dans ce monde de géants ...   
Et elle se vit comme si c'était elle qui agissait ! En train fe déculotter ce ... nouveau papa !
Elle fut quand même un peu gênée en apercevant furtivement un zizi énorme .
Mais la "pseudo Colette " avait déjà ployé le puni en travers de ses genoux, et le "clac" retentissant du plat de la brosse se fit entendre ! Un "clac" sans cesse répèté sous les cris du monsieur !
Oh, bon sang, il avait le cul tout rouge qui commençait à bleuir !

  Puis, comme auparavant, les images s'estompèrent et apparut une salle de classe !
Les élèves étaient des adultes avec leur cartable, et la maîtresse, en blouse grise, était une fillette coiffée de deux couettes !
Malgré ce petit changement physique, Colette se reconnut aussitôt dans le rôle de cette maîtresse d'école !
Elle était au tableau en train d'écrire la date du jour lorsqu'elle entendit des chuchotements derrière son dos !
Elle se retourna vivement pour apercevoir une élève qui bavassait allégrement.
Elle alla la saisir par l'oreille pour l'amener sur l'estrade . ( Son bras était bien tendu pour la maintenir par l'oreille car elle était vraiment grande !)
-" Madame Duval, il me semble vous avoir répèté par deux fois que je ne voulais pas de bavardage ! Alors cette fois, c'est la fessée !"
-" Pas devant la classe, maîtresse !"
-" Si madame ! et je vais même vous déculotter pour administrer cette devant toute la classe !"
La forte dame avec une grosse poitrine se mit à pleurer comme une gamine lorsqu'elle se retrouva sur les genoux de "maîtresse Colette", culotte baissée, montrant ses fesses toutes nues à d'autres messieurs et dames qui rigolaient en la voyant gesticuler sous une bonne fessée !
Rémy fulminait car l'image présentait le visage en pleurs de Mme Duval et non les bonnes grosses fesses qu'il imaginait !

  Mais une fois encore l'image se déplaça pour montrer un papy et une mamy ( A peine la soixantaine !) qui se faisaient mutuellement des choses contraire à la bonne morale !   
Alors Rémy et Colette se dirigèrent vers un placard pour en sortir un solide martinet avec de longues lanières carré et un autre instrument moins classique dont le manche était terminé par trois larges bandes de cuir ( Plus communément appelé "tawse" dans les pays Anglo-Saxon !)
Le papy n'avait pas eu le temps de remonter son pantalon et "Pseudo-Colette" se mit aussitôt à l'ouvrage en cinglant à toute volée fesses et cuisses du monsieur indécent !
Quand à "Pseudo-Rémy", après avoir descendu bien bas la culotte de la mamy, il dut grimper sur un caisson car la forte dame dépassait les 2 mètres !
Il lui plaça les mains derrière la tête avant, lui aussi, de fouetter les grosses fesses !
A l'écoute des cris de la dame, les deux spectateurs ( Les vrais Colette et Rémy ) se doutaient qu'elle devait bien le sentir ce martinet !
Ouh ... de telles lanières ne pouvaient que lui cuire le derrière !

  C'est sur cette image que le nuage redevint nuage !
Colette et Rémy se demandaient bien s'ils n'avaient pas rêvé !
Mais en se regardant avec de grands éblouis, ils comprirent que même si c'était le fruit de leur imagination, il l'avait partagé tous les deux !  

lundi 27 octobre 2014

MON PREMIER MARTINET !

                                                                  Quand j'étais en vacances chez ma grand-mère, à la campagne, j'allais souvent faire les courses à la petite épicerie-bazar du village tenue par Mme Simone !
  Il y avait de tout dans sa boutique, mais aussi, dans le rayon bazar, des martinets !
Ils m'impressionnaient, me subjuguaient !
  Une fois de plus, le démon de la fessée me faisait un signe ! Il fallait que je découvre cet instrument !
J'avais donc décider d'en acheter un pour le tester moi-même sur mon derrière, mais ... il en fut tout autrement !

                                                         _______________________

          A cette heure là de l'aprés-midi, je savais que la boutique de Simone était quasiment vide de clients ! 
  Avec un peu d'angoisse, j'écartais le rideau de bambous !
Elle était derrière sa caisse enregistreuse .
-" Re-bonjour, Jean-Michel ! Tu as dû certainement oublier quelque chose ce matin ? "
J'hésitais un peu puis je me lançais !
-" Heu ... oui Mme Simone ... d'acheter un martinet !"
Elle ouvrit grand les yeux, toute surprise !
-" Oh, tu as dû faire des bêtises, toi !"
-" Oui, m'dame, j'ai cassé les oeufs que vous m'avez vendu ce matin ! "
-" Hum ... çà m'étonnerait que la grand mère te donne la fessée avec le martinet pour ce genre de bêtise ... !"
 En effet, Grand Mère était connue pour sa douceur et je n'avais pas envie de l'incriminer dans cette situation !
  J'étais un peu piégé ! Elle avait quand même décroché un martinet et le secouait devant mon nez, lanières déployées !
-" Alors ? Dis-moi pourquoi tu viens acheter ce genre d'instrument fouetteur ?"
Je bégayais bêtement :" Heu ... peut-être pour l'essayer moi-même ! Heu ... je veux dire ... me punir tout seul !"
Elle se mit à rire !
-" Ah bon ? Mais si tu veux l'essayer, il suffit de demander à la vendeuse ! Elle se fera un plaisir de t'en montrer l'utilité !"
J'avais baissé la tête, ne m'attendant pas à ce type de réaction ! Surtout qu'elle avait un sourire moqueur !
-"Alors ? Que Choisis-tu ? Te sauver en courant bien vite, ou passer dans la réserve à côté afin que je te fasse ... goûter au martinet ?"
Tout penaud, j'étais hésitant,  ne sachant quoi faire , puis ...
 Elle fut surprise de me voir me diriger vers la piéce contigüe au magasin ! Un local assez sombre mais elle alluma l'unique lampe blafarde tout en me disant  en rigolant : 
-" Trés bien ! Puisque c'est ton choix, tu montes sur l'estrade face au meuble à conserves ! Ainsi je vais bien voir tes fesses car tu vas descendre ton pantalon ainsi que ton slip ! Allez plus bas   ! 
Jusqu'aux chevilles !"


Puis elle caressa mes fesses avec les lanières et " SCHLAC !!!" ,je reçus une cinglée, certes pas trop forte, mais qui avait salement surpris mon derrière ! Ainsi qu'une seconde presque aussitôt !
Ouhh ... ! C'était autre chose que les claques d'une fessée ! Puis une troisième suivie d'une autre sur le haut des cuisses !
Ahh ... ! Cette fois je jetai mon bras en arrière tant celà m'avait piqué ! Un bras vite repoussé pour qu'elle continue les fouettées sur les fesses puis de nouveau sur les cuisses !
Et elle se moquait : " Ah ! Je vois que tu l'apprécies mon martinet ! Ton derrière qui se contorsionne le prouve bien !"
Aïe ... là, je regrettai franchement de l'avoir provoqué !

  Heureusement, le "gling-gling " du rideau d'entrée se fit entendre. Elle posa le martinet sur le meuble pour aller servir cette cliente inopinée ! 
 Alors tout en regardant cet instrument terrible, je me frottais les fesses et les cuisses qui me piquaient et me chauffaient !
  Quand elle revint, j'avais encore mes mains sur mon derrière !
-" tiens, tiens ! Monsieur Jean-Michel n'a plus envie " d'essayer " le martinet ? Je pense qu'il a compris que ce n'était pas un jouet !"
 Sur qu'elle n'avait pas été dupe de ... cette provocation singulière !
-" Allez ! Maintenant tu te reculottes mais ... ce martinet, je vais le garder ici ! Des fois qu'un garnement casse encore des oeufs !
 Elle rigolait !

 

lundi 13 octobre 2014

ESTELLE PÊTE LES PLOMBS !

                                                           Chers amies et amis, je vais vous conter une petite anecdote que j'avais décidé de garder secrète, mais au souvenir d'une " petite chérie " excentrique, j'ai envie de lui faire honte devant vous en expliquant sa provocation, notamment en images !
  Puisqu'elle a voulu s'exhiber, et bien tout le monde va en profiter ! N'est-ce pas Estelle ?

                                                              ________________________

                          Il est vrai que suite à une mise au coin pour la punir avec sa jupe troussée je lui avais promis : " La prochaine fois je te mets toute nue !"
 Elle fut vexée ! Et sitôt aprés elle me fixa de son oeil noir ! C'est presque en criant qu'elle me lança : -" Ah ! Si j'ai bien compris, vous voulez me voir à poil ! C'est çà ? Eh bien vous n'allez pas être déçu ! "
 Alors elle retira sa jupe, la jetant derrière elle ! Puis elle dégraffa  son chemisier, me montrant ses jolis tétons ... euh ... bien en poire, je dois l'avouer, car elle ne portait pas de soutien-gorge, la vilaine !

      
  Et elle baissa sa culotte , sans se presser, me laissant découvrir ses fesses rebondies, que je connaissais déjà, certes, pour l'avoir souvent déculottée afin de lui donner la fessée , mais cette fois elle la descendait jusqu'aux chevilles pour la retirer entiérement !
Toute nue qu'elle était devant moi, en se tournant et se retournant, provocante, me montrant alternativement son côté face et son côté pile !
-" Alors ? Vous êtes content, monsieur mon tuteur ? Vous me voyez toute nue !"
Je la regardais faire, sans dire un mot ! Mais mon regard devait exprimer une certaine colère car elle baissa les yeux, toute génée !
-" Files te mettre à plat ventre sur ton lit, je viens te rejoindre !"
 Je pense qu'elle savait ce qui l'attendait et se dirigea vers son lit dans la position demandée !
Alors je me mis à califourchon sur son dos et je lui écartai les cuisses au maximum !
-" Oh ... Qu'est-ce que vous faites ?"
-" Eh bien, puisque tu veux t'exhiber, autant que ce soit fait dans les règles de l'art !"
Euh ... il est vrai que je voyais sa fente bien ouverte, comme un canyon, avec une grotte sombre qui ne demandait qu'à être visitée !
 Mais je me dominais pour lui flanquer aussitôt une fessée ! 
Une fessée comme laquelle je crois ne lui avoir jamais encore administrée !
 Elle cherchait à refermer ses cuisses sous la douleur, mais à chaque fois je les écartais à nouveau, et comme elle se redressait spadosmiquement, je pouvais même voir son clitoris apparaître !
 Une fois cette magistrale fessée terminée, je décidai de la vexer un peu plus en lui présentant un thermomètre médical !

   
-" Maintenant, je vais vérifier la température de tes fesses ! Des fois que çà dépasse les 40 degrés !"
 Je lui écartai largement ses deux rondeurs pour voir son anus étoilé , et j'enfonçai doucement le thermomètre, mais profondément, jusqu'à ce que le tube, gros comme un doigt, pénètre également dans son entre-fesses ! Je le ressortais légèrement pour l'enfoncer un maximum tout en disant :
-" Si jamais tu as de la température, je te mets un suppositoire ! Et c'est mon doigt qui l'enfoncera jusqu'à temps que je sois sur que ce suppositoire se positionne au plus profond de ton rectum ! C'est çà que tu veux ? "

     Voilà ce que je voulais raconter ! Car autant Estelle, cette petite chérie, dont je suis le tuteur peut être adorable, autant elle peut être excécrable et je dois la déculotter, la fesser, et l'humilier pour lui faire comprendre les règles que j'impose !
 D'ailleurs dés demain je vais l'amener à la droguerie du quartier pour acheter un martinet !
Jusque là je n'osais pas encore utiliser cet instrument à son encontre, mais cette fois elle va le sentir sur ses cuisses et ses fesses !

 

vendredi 26 septembre 2014

J'AURAIS PAS DÛ ...

                                                                                                                                                                                                                                         Oui, j'aurais pas dû accepter l'invitation d'Elsa et d'Arthur pour un souper entre amis !
  J'aurais pas dû non plus amener mes ébauches de dessins ou Elsa se trouvait jupe retroussée, prête à recevoir une fessée !
  Et surtout on aurait pas dû, avec Arthur, rigoler de ce dessin ou elle montrait sa petite culotte !
Arthur regrettait qu'elle n'ait pas les fesses nues !
  Heu ... en effet on aurait pas dû... car Elsa se dressa devant nous, les bras croisés sous sa jolie poitrine, avec un regard noir qui ne présageait rien de bon !


-" Eh bien messieurs, puisque vous voulez voir ma culotte, faites en autant ! Montrez moi vos caleçons ! Allez on se dépêche ! Enlevez vos pantalons !"
  On rigolait avec Arthur tout en retirant nos frocs !
Mais Elsa ne rigolait pas ! Elle me prit par l'oreille en me disant : " Au coin ! " Avec une grande claque sur ma cuisse !
Ouh ... je l'avais bien senti cette claque !
  Puis je l'entendis sermonner Arthur :
-" Viens en travers de mes genoux que je t'explique qui commande ici  !"
Le nez contre la véranda, j'entendis aussitôt le bruit bien spécifique d'une fessée ! Et ce claquement répété me laisser deviner qu'il n'avait plus de slip pour protéger ses fesses !
Ah, il en recevait une bonne ! Bien claquante !
                                                                                             
Des claques tantôt lentes mais bien appliquées, tantôt très rapides qui devaient bien cingler !
-" Maintenant tu vas au coin remplacer ton acolyte !"
Puis elle me prit par le bras pour me conduire vers la chaise ou Arthur avait subi sa correction .
Là, j'étais moins d'accord !
-" Eh ! T'as pas le droit de me fesser ! D'habitude c'est moi qui dirige les opérations !"
-" Ah oui ... ? Et bien chez moi je suis la décideuse qui fait ce qu'elle veut !"
Je n'eus pas le temps de répliquer que déjà je me retrouvais à plat ventre sur ses cuisses et, oh la honte, je sentis sa main me baisser le caleçon !
Elle venait de me déculotter et je lui montrais mes fesses toutes nues !
Mais mon humiliation fut pire quand elle commença à me fesser !
Ouhh ... çà faisait bien longtemps que je n'avais pas reçu une telle fessée !
Ah, je dois dire qu'elle savait la manier, sa main, pour claquer aussi fermement !

  
  Une fessée identique à celle que venait de subir Arthur !
Oh ... que je la sentais bien sa main énergique qui meurtrissait mon derrière ! Je ne voulais pas crier, Arthur ne l'avait pas fait , mais au bout d'un moment je ne pus m'en empêcher tant cette fessée me cuisait !
Et ouf ... je pus enfin rejoindre mon complice au coin !
  Mais ce ne fut pas tout !
Elle nous obligea à nous déshabiller entièrement pour porter des petits tabliers de cuisine, afin de faire la vaisselle !
Oh qu'on avait l'air ridicules avec nos fesses rouges à l'air et juste ce tablier "féminin" qui cachait nos sexes !

   Avec l'épée de Damoclés au dessus de nos fesses, je veux dire une spatule en bois tenue par Elsa qui nous promettait :
-" Vous faites la vaisselle en silence, sinon je recommence la fessée avec cette spatule !"
Arthur a voulu s'exprimer et çà a fait "CLAC ..." !
Moi je n'ai rien dit, j'avais déjà trop les fesses brûlantes !
Et pourtant je reçus aussi le "SHLAK..." cinglant !

             Oh ... Je me vengerai un jour Elsa ! Je me vengerai !
      










  

lundi 15 septembre 2014

LA PETITE VOYEUSE !

                                                              En vélo, je longeais les bords de mer, admirant le merveilleux panorama ! Quand, dans une petite crique en contre bas j'aperçus des nudistes !
 Curieuse, je m'approchai discrétement !
Il y avait un couple et ... quatre jeunes gens qui jouaient au volley-ball . Hum ... ceux-là m'interessaient beaucoup plus avec leurs "zizis" à l'air !
 Je m'étais planquée derrière des rochers pour observer ce spectacle lorsque je sentis une main me saisir l'oreille ! C'était la dame du couple .
-" Alors, petite demoiselle, on joue les voyeuses ?"
Puis elle me tira vers la petite plage .
-" Regardez ce que j'ai trouvé ! Une jeune fille qui nous matait ! Allez les gars, mettez-là toute nue comme nous ! "
Les mecs en question ne se firent guère prier !
L'un retira ma robe de bain, un autre dégrafa mon soutien gorge, et un troisième , à genoux dans le sable, me baissa la culotte et la retira pour la lancer sur la plage ! J'étais toute nue devant eux !
-" Allez, maintenant on la jette dans les vagues ?"
-" Non, non !" dit la dame ! " Regardez ! Elle a les fesses toutes blanches ! Il lui faut un  bronzage ! Comment tu t'appelles ?"
-" Martine, m'dame !"
-" Eh bien, Martine, je vais te donner une fessée pour t'apprendre à jouer les voyeuses !"
Alors elle me prit sous son bras, me ployant un maximum pour bien montrer mes fesses, et sitôt aprés je me mis à crier !


  Elle me flanquait vraiment une fessée ! Avec de grandes claques !
Oh ... j'entendais les gars se moquer : " Regardes comme elle remue bien ses fesses !"
  J'étais à peine remise d'aplomb, avec certainement mes fesses toutes rouges, qu'elle s'adressa à l'un des garçons :
-" Allez Mathieu, à ton tour de lui donner la fessée !"
-" Oh non ! Je vous en prie ... !"
Je n'eus pas le temps de me débattre que déjà il m'avait courbé et de nouvelles claques  retombèrent sur mes pauvres fesses !
 Oh, la honte ! Je recevais une fessée par un jeune garçon de mon age !
Et la femme l'encourageait !
-" Alors Mathieu ! Un peu plus d'énergie, que diable ! Ce ne sont pas des caresses qu'il faut lui donner, mais une bonne fessée !"


  OUHH ... j'avais l'entier de mon derrière qui me cuisait !
Mais ce ne fut pas tout ! Un autre garçon prit le relais !  Puis le troisième ... et le quatrième ...
Tous m'ont donné la fessée sans ménagement ! Fiers de pouvoir punir et humilier une jeune fille !
Sans compter le monsieur qui fut le dernier à finir de " colorer " mes fesses par de bonnes claques qui me faisaient bondir, exhibant ainsi, bien involontairement, une partie intime de mon anatomie !
 Et les autres riaient ! -" Ouahh dis- donc, c'est une vraie blonde !" -" En tout cas elle a un beau fendu !"
 C'était la honte de ma vie ! Recevoir des fessées par des inconnus avec mes fesses nues bien exposées aux regards !


  Finalement, les gars m'ont jeté à l'eau ! " Pour raffraichir mes fesses " qu'ils disaient !
En ressortant des vagues, je voulus me sauver, mais la dame me retint par le bras en disant :
-" Tu vas t'allonger sur cette serviette jusqu'à temps que tu sois sèche ! Sinon je te remets une fessée !"
Oh, je ne me fis pas prier pour m'exécuter, le derrière encore tout rouge bien en évidence !
Et je me souviens de ce gosse qui passait sur la plage avec sa mère, de lui dire : 
-" Regardes , maman, la demoiselle elle a pas mis de crème et elle a pris des coups de soleil sur les fesses !" Et la mère de répondre : " Je ne crois pas que ce soit l'effet du soleil qui lui donne ce rouge cramoisi, mais plutôt une bonne fessée !"

  Enfin je pus m'en aller, avec les fesses qui maintenant me piquotaient ! En robe de bain mais ...
j'en avais oublié ma culotte !
Ce n'est que quelques jours plus tard qu'un beau jeune homme, Mathieu, est venu me la ramener à domicile . Mais ... je ne me souviens pas qu'il l'ait remise à sa place !
Bien au contraire, il a retiré celle que je portais pour ... me donner une fessée afin de punir  mon
oubli ! Une fessée qui dure encore puisqu'il est devenu mon mari !

lundi 7 juillet 2014

LA FOUINEUSE FESSEE !

                                                               Zoé m'avait demandé à rencontrer Estelle ! Certainement pour savoir comment se passait sa tutelle !
  Je l'invitais à venir dans ma fermette pour qu'elles fassent connaissance, manque de chance la "petite chérie" n'était pas au rendez-vous !
  Elle avait certainement encore loupé son train, mais moi, je n'allais pas louper son arrière-train quand elle rentrerait !
  En l'attendant, je demandais donc à Zozo d'aller visiter mon jardin fleuri .
Mais elle ne resta pas que dans le jardin ! Je la surpris dans mon atelier en train de consulter mes dessins en cours !
-" Qu'est-ce que tu fais là ? Ce local est interdit à quiconque sauf ma personne !"
-" Euh ... Excusez-moi ... Je ne savais pas ... !"
-" Tu veux que je te déculotte et que je te flanque une fessée ? Pour t'apprendre à respecter les endroits où tu n'as pas accès !"
  Elle semblait se moquer de ma menace !
-" Bof ! Je suis une grande fille, maintenant ! Je n'ai jamais reçu de fessée et ce n'est pas vous qui allez commencer à m'en donner !"
  Ah ! on allait voir çà, ma petite demoiselle !
J'avisai mon vieux fauteuil sur lequel j'avais l'habitude de me reposer, et je la tirais par le bras pour m'y asseoir tout en la sermonnant.
-" Je crois bien que je vais pallier ce manque ! En te baissant la culotte pour que tu comprennes bien la signification d'une bonne fessée !"
  Sur qu'elle se débattait, la bougresse !
-" Non ... Pas çà ... Pas la fessée déculottée !"
Mais elle avait beau gigoter, elle se retrouva quand même en travers de mes genoux, sa courte jupe retroussée !
Et là, je n'hésitai pas à la déculotter jusqu'aux cuisses !
 
 
-" J'espère que tu saisis bien que tu es en train de me montrer tes fesses ! Toutes nues ! Et ce n'est pas pour les caresser, tu peux en être certaine ! Mais pour qu'elles deviennent rouges à en éclater !"
  Bien que je la cramponnais fermement par les hanches, elle se trémoussait tant qu'elle pouvait, et la vision de ce derrière quelque peu dodu, qui s'exposait bien involontairement en cherchant à s'échapper ne pouvait qu'attiser mon envie de la fesser !
  Ma règle en bois de dessinateur se trouvait à portée de main. Je m'en emparais et aussitôt le claquement significatif sur des chairs nues se fit entendre !
 
  
  Ah, cette fois son fessier s'agitait pour une bonne raison ! Et elle criait en même temps que les coups de règle lui cinglaient les fesses ! Car j'étais bien décidé à lui donner une bonne fessée ! Certes pas brutale, mais suffisamment cuisante pour qu'elle en ressente bien les effets !
  Pour elle ce ne devait pas être vraiment agréable de subir cette fessée, mais moi j'appréciais le fait de lui flanquer une correction méritée, en voyant ses rondeurs se tortiller et rougir, se crisper et s'ouvrir à nouveau sous les bonnes cinglées !
  Je n'ai pas été au-delà de trente coups, jugeant qu'elle devait avoir les fesses qui lui cuisaient suffisamment !
 
   
  En effet, elle avait un derrière parfaitement écarlate sur son entier !
-" J'espère que tu as compris maintenant ce que c'est qu'une bonne fessée ?"
-" Aïe ... Oh oui monsieur ... Oh oui !"
-" Alors n'oublies pas que je suis capable de te déculotter à nouveau ! Même s'il y a du monde autour ! Pour qu'on te voit recevoir la fessée !"
-" Non, monsieur ... Pas devant d'autres gens !"
-" Si, Zoé ! Pour mieux te faire honte !"
 
  Maintenant, j'espérais avoir encore assez d'énergie dans la main pour ... demander à "petite chérie" des explications sur son retard !
 

lundi 30 juin 2014

UN PEU TROP olé-olé ( SUITE )

                               Résumé de l'épisode précédent,
                                        Estelle avait été injustement accusée d'avoir provoqué un chahut un peu ... olé-olé, et s'était retrouvée punie par une bonne fessée administrée par Elsa !
  Mais son tuteur n'était pas de cet avis § Non pas qu'il plaignit sa petite protégée, une déculottée publique ne pouvait que lui faire du bien !
  Mais en s'adressant à Elsa, il montra du doigt le haut du pantalon d'Arthur un peu ... trop tendu !
Puis il retroussa la sortie de bain de Nadia pour qu'elle voit une petite culotte tout ce qu'il y a de mini, ne cachant rien de ses rondeurs !


                                                                   ____________________

                                                             J'avais un martinet accroché derrière la porte d'un placard. Je m'en saisis pour le présenter à Elsa !
-" Voilà un instrument qui va certainement t'aider à corriger les vrais responsables !"
  Surprise, elle regarda ce martinet tel un objet insolite, caressa les lanières en cuir, puis s'en empara pour le faire claquer plusieurs fois de suite sur sa main gauche .
  Nadia et Arthur la suivaient des yeux, un peu inquiets ... ! Et il y avait de quoi être inquiet car son injonction d'obéir fut immédiate !
-" Vous allez tous les deux vous mettre les fesses à l'air pour que j'inaugure le cadeau de Monsieur Zerte !"
  Nadia, connaissant les sévères morsures du martinet, commença à pleurnicher, mais Arthur la rassura : -" Ne t'inquiétes pas, c'est du bluff ! Jamais Elsa n'osera s'en servir !"
   
  Mais à peine son bermuda descendu, ce fut un excellent revers de lanières tendues qui cueillit le haut de ses cuisses, l'obligeant à faire un bond en avant !
-" Dépêches-toi de retirer ton caleçon, que j'en fasse autant sur tes fesses !"
  Déjà, Nadia docile avait baissé sa culotte, me laissant voir de nouveau son adorable fessier bien rond !
  Puis j'avisai celui de "petite chérie", toujours au coin avec les mains à plat sur la tablette !
Heu ... ce n'était plus une fillette ! Ce qu'elle montrait était mignon, certes, mais indécent !
 Je me précipitai pour cacher ce qui était réservé à mon regard !
Quand j'entendis le claquement significatif du martinet ! Ainsi que l'appel à l'aide d'Elsa :
-" Si vous pouviez les cramponner pour que je les fouette comme il faut ... !"
Alors je leur coinçais la tête sous mes bras, contre mes hanches, et elle se remit à fouetter !
    
  Pas besoin de lui expliquer le maniement du martinet, elle l'avait trouvé instinctivement !
Avec de grandes volées de lanières qui cinglaient parfaitement cuisses et fesses !
Ouh ... j'avais l'impression de contenir une mélée de rugby tant la poussée de Nadia et surtout d'Arthur était puissante à chaque réception des bonnes cinglées administrées par Elsa !
  Ce n'était pas une fessée pour jouer qu'elle flanquait, mais une vraie correction !
En tout cas, comme elle portait une robe assez courte, à chaque envolée du martinet cette robe se soulevait et je pouvais voir sa culotte dentelée. Hum ... pas vilaine cette vision ! Surtout que son fessier était bien rebondi, et ... sa culotte pas bien large !
   
  Vu l'état des fesses cramoisies des punis, elle décida de stopper le châtiment !
Ah, ils pouvaient frotter leur fesses ! Cà devait leur cuire !
  Puis Elsa, contente de son autorité, secoua le martinet tout en me regardant.
-" Je suis enchantée de cet instrument, monsieur Zerte, et je serai heureuse de m'en resservir !
Surtout ... sur quelqu'un qui n'hésite pas à bien se pencher pour mieux regarder ma culotte !
N'est-ce pas ?"
Heu ... Je crois qu'il était tant de changer de sujet ! Tiens, il y avait un excellent film à la télé !
Bon ! Nadia et Arthur, toujours les fesses à l'air sous l'ordre d'Elsa de ne pas se reculotter, sont restés debout, ne pouvant poser leur fesses et pour cause ... !
Quand à "petite chérie" elle est venue s'asseoir sur mes cuisses en remuant du popotin !
Vilaine fille !
Mais... je n'aimais pas le regard noir d'Elsa !
     


mercredi 18 juin 2014

SOUVENIRS ... ( suite ) !

                                                                Voici une autre mésaventure de mes punitions de jeunesse ! Celles qui ont contribué à ma libido actuelle !
  Une fessée que je n'ai jamais oublié, car administré par une jeune dame inconnue devant d'autres dames inconnues également !
  Un trio de femmes que je ne connaissais pas et que je n'ai jamais revu !
Toujours avec mon pote Norbert, mais sans lui pour recevoir la fessée déculottée !


                                                       _______________________________

                                                LES BELLES INCONNUES ... !
 
               Dans le gros bourg le plus proche de notre village,  en traversant le parc Jourdan, Norbert vit trois jolies dames de dos, courbées sur un banc pour consulter une carte routière !
-" Regardes-moi ces beaux pétards ! Cà vaut le coup d'être pelotés des culs pareils ! Viens, je vais te montrer comment on fait ! Mais faut aller vite !"
  Intrigué, je le suivis et, en passant au ras des femmes, il promena une main "baladeuse" sur les trois fessiers . Puis il se sauva à toute vitesse !
-" Oh ! Quel est le cochon qui a fait çà ? "
  Moi, bêtement, je suivais derrière et l'une des femmes me prit par les cheveux.
-" C'est quoi ces vilaines manières vicieuses ?"
-" Mais... c'est pas moi, m'dame, j'ai rien fait !"
-" Ah, parce que t'es pas complice, peut-être ? Prêt à en faire autant ! Tu veux que je te mette la main aux fesses, moi aussi ?"
-" J'y peux rien, moi ! C'est l'autre qui s'est sauvé ... !"
  Mais elle s'était assise sur le banc, me tirant par le bras .
-" Attends ! Je vais te le caresser ton derrière, à ma façon !"
Une autre femme intervint : " Vas-y Liliane, déculottes-le, qu'il nous montre ses fesses !"
Alors là, ployé sur les cuisses de la dame, je savais ce qui m'attendait !
Et j'en fus encore plus persuadé lorsque j'entendis la troisième femme dire :
-" Une bonne fessée cul nu ! Rien de tel pour corriger leurs vices à ces sales gosses !"
 
  
  J'avais beau me débattre, J'étais bien maintenu ! Et c'est la blonde à chignon, celle qui avait parlé de déculottée, qui me souleva les cuisses pour déboutonner mon pantalon et l'écarter .
Puis ce fut la brune aux cheveux courts qui le baissa, sans oublier le slip, afin de me mettre les fesses toutes nues ! Et çà les faisait rire !
La fameuse Liliane, sur laquelle j'étais allongé, ne fit guère durer le suspens pour aussitôt me fesser de belle manière !
Ouhh ... d'emblée ce fut une fessée cinglante ! Pire que celle que m'avait flanqué la tante de Norbert ! On dit qu'une fessée ne ressemble jamais à une autre, et c'est bien vrai !
C'étaient des claques très rapides, sèches et vives qui ne laissaient pas le temps à mes fesses de "respirer" !

     
  Celà ne dura pas longtemps, mais je crois que dans l'espace de 30 secondes, j'avais bien reçu 
4O claques ! Oh, que çà me brûlait ! Ce n'était pas la chaleur irradiante mais supportable de ma première fessée ! J'avais vraiment les fesses endolories !
  Une fois les pieds sur terre, je me reculottais rapidement sous les quolibets de ces dames, et je foutais le camp sans demander mon reste pour retrouver mon vélo à la sortie du parc .
  Un seul vélo, car l'autre, le traître de Norbert s'était débiné !
Et là, je me mis à pleurer en touchant mes fesses meurtries ! Oui, j'avais mal et je me sentais vraiment humilié ! Je venais de recevoir une déculottée par des femmes inconnues !
Ce n'était plus la fessée méritée, mais intime, de la dernière fois . 
  Mais encore une fois, le démon qui me tenaillait resurgit ! J'avais montré mes fesses nues afin qu'elles soient corrigées ! Rien qu'à cette idée, je sentis une chaleur m'envahir qui n'était pas due à celle de mes fesses brûlantes . Quelque chose de plus confus ... !
  Maintenant je savais que malgré ma crainte de la fessée, la douleur qu'elle engendrait sur l'entier de mon postérieur, elle m'apportait également des sensations que je ne maîtrisais pas !
  J'aimais cette honte de la déculottée quitte à ne plus pouvoir m'asseoir ensuite !


                                                                           Après cette confidence je vous pose deux questions :
          Est-ce qu'à vous aussi, homme ou femme, il vous arrivé de recevoir la fessée par une personne TOTALEMENT étrangère à votre entourage ?
          Inversement, est-ce qu'il vous est arrivé de donner la fessée à un gamin ou une gamine AUTRE que des enfants connus ?
          Questions qui me turlupinent !  Merci ! 

mercredi 4 juin 2014

LA DECULOTTEE DE ZOE !

                                                             Je vous présente une nouvelle participante, ZOE, qui m'a plu par son aspect juvénile ! Me prouvant ainsi qu'il existait encore de très jeunes filles qui n'étaient pas insensibles à la fessée ! Même si elle ne l' a jamais reçue, comme elle le précise dans un commentaire de " Souvenirs-Souvenirs " !


                                                  _______________________________


                                                    Avec ma meilleure copine LUCIE et STEPHANIE, sa soeur plus jeune, notre jeu favori était celui de "l'école" !
  Nous nous installions au fond du jardin des parents de Lucie, avec comme siège un petit muret, et comme pupitre une simple planche .
  Comme dans une vraie classe, on faisait des dictées, du calcul , etc ... Et bien sur, des fois nous étions punies ! C'est pour celà que nous avions choisi Stéphanie comme maîtresse à cause de sa sévèrité innée ! Elle avait l'art de nous tirer l'oreille pour nous emmener au coin  ( Le mur d'un cabanon à outils ! ) Mais aussi elle donnait la fessée !
  Au début, ce n'étaient que de simples claques par dessus la jupe ! Puis elle commença à retrousser cette jupe en disant :
-" Cà vous fait honte de montrer votre culotte pour recevoir une fessée, n'est-ce pas ?"
Et curieusement, peut être grace à mon fessier assez rebondi, c'est souvent moi qui était punie par la fessée ! Avec cette menace à la clé : "Si tu recommences une nouvelle bêtise, cette fois je te déculotte !"
  Puis arriva un nouveau compagnon de jeu, MICHEL, un garçon de notre age en vacances chez nos voisins, qui accepta d'emblée les conditions de notre "petite école".
  Et là, notre "maîtresse Stéphanie", fière d'avoir un gars dans sa classe, devint plus sévère !
Ce jour là, il y avait "dictée" au programme ! Ensuite, nous devions présenter nos copies pour qu'elle vérifie nos fautes d' orthographe .
  C'est alors que je bousculai ma copine Lucie ! Presqu'à la faire tomber !
La "pseudo-maîtresse" me sermonna vertement :
-" Dis donc, Zoé ! C'est quoi ces manières ? Je crois bien que tu as besoin d'une bonne fessée ! Tu veux que je te déculotte devant toute la classe ?"
 
  
  Hou ... ! Je ne savais plus si j'avais encore envie de jouer ... !
Mais, bof, je me dis que celà faisait partie du processus verbal relatif à notre école .
-" Non maîtresse, je ne recommencerai plus ! C'est promis !"
-" Ah, il est trop tard pour s'excuser, mademoiselle Zoé ! Viens ici que je te baisse la culotte pour te flanquer que tu mérites !"
  Curieusement, sans trop savoir pourquoi, je jouais le jeu !
-" Oh non, pas la fessée déculottée !"
 
 
  Une fois ployée sur ses cuisses, ma jupe fut retroussée, et ... oh ... je sentis ses doigts s'infiltrer sous l'élastique de ma culotte !
  Elle me déculottait ! Pour de vrai !
Ma petite culotte blanche était maintenant à mi-cuisses, et je dévoilais mes fesses toutes nues au visu de Lucie et Michel !
  Puis ce fut la fessée ! J'y étais habituée à cette fessée, assez sévère, mais sans brutalité, comme savait la donner Stéphanie , mais cette fois je la recevais "cul à l'air" devant Lucie, et surtout devant un garçon qui devait bien le voir mon derrière dodu exhibé honteusement !
 
 
  Et ... je dois avouer que j'éprouvais un certain plaisir à être ainsi déculottée pour recevoir la fessée ! Une sensation d'humiliation et d'exhibitionnisme involontaire !
  Mais aussi le fait de sentir les claques sur mes chairs nues sans rien voir, le nez au ras des paquerettes, et sans rien pouvoir faire pour éviter la honte de cette fessée déculottée !
  Oui, celà me plaisait d'être ainsi punie et corrigée avec les fesses toutes nues !
La voix de Stéphanie me ramena à la réalité !
-" Maintenant, tu vas au coin ! Sans remonter ta culotte ! Qu'on voit bien tes fesses toutes 
rouges !"
 
 
  Je m'exécutai sans rechigner, en tenant ma jupe retroussée !
Ah, je les sentais bien fesses toutes chaudes, et eux les regardaient encore, cette fois en position verticale, mais toujours nues !
  Ce n'est que l'arrivée de la mère de Lucie, ayant certainement entendue le bruit significatif des claques, qui me permit de me reculotter rapidement !
  Mais elle avait eu le temps de voir mon derrière !
-" Dis donc, Zoé, c'est quoi cette façon de montrer tes fesses ? En plus devant un petit garçon !"
-" Heu ... On était en train de jouer madame !
Ce drôle de jeu ne semblait pas l'amuser !
 
                                                Mais... ceci est une autre histoire des malheurs de Zoé !!

lundi 12 mai 2014

UN PEU TROP "Olé- Olé !"

                                                             J'étais contente que mon tuteur ait invité Nadia pour le week end ! Ma soeur de pénitence sous l'implacable main de monsieur Zerte !
  Hum ... me souvenant également qu'elle m'avait donné la fessée avec une ceinture, et moi, je l'avais fouetté au martinet ! Cruels mais délicieux souvenirs !
  Mais il  y avait une autre surprise ! Elsa et Arthur, que je ne connaissais pas encore, venaient partager notre soirée ! Un jeune couple super agréable, aimant rire et plaisanter !
  Je regardais Elsa, qu'on m'avait décrite sévère, elle avait plutôt un regard doux et semblait très affectueuse avec Arthur !
  Des bisous par ci, des petites caresses par là ...
Lui ? On voyait surtout son esprit taquin ! Un peu garnement sur les bords !
  Un esprit même coquin qui fut prouvé le lendemain matin, alors qu'on se prélassait sur la terasse sous le soleil des premiers jours de mai ! Nadia avec juste une robe de bain bien échancrée ( elle a de jolis seins, ma copine ! ) , Arthur en bermuda , et moi-même avec un mini-short qui ne cachait pas vraiment mes fesses ! ( Un peu trop aguichantes, aux dires de mon tuteur, quand je marche dans la rue en ondulant des hanches ! )
  En tout cas, je ne sais pas comment comment celà a démarré, mais Arthur voulut voir la culotte de Nadia, et moi, pour défendre ma copine, ( Heu ... que çà gênait pas trop de montrer cette culotte un peu transparente ... cochonne ! ) , je fis semblant de baisser son bermuda en le menaçant de montrer ses fesses !


  
  C'est à ce moment qu'Elsa, sortant de sa douche, intervint !
" Mais c'est quoi ces jeux cochons ? "
  Nadia avait vivement rabattu sa robe de bain, Arthur se grattait le menton, et je restais seule, bêtement, avec ma main cramponnant toujours le caleçon d'Arthur !
-" C'est la faute d'Estelle ! On plaisantait gentiment et puis elle a descendu le pantalon d'Arthur !"
  Oh la menteuse !
Alors Elsa me prit par le bras et m'amena dans le grand salon pour s'asseoir sur une chaise en me menaçant !
-" Enlèves ton short que je te flanque la fessée que tu mérites !"
-" Mais ... Ce n'est pas moui qui ai commencé, Elsa !"



  -" Bien sur ! Je vais te croire ! Avec ta main sur le derrière de mon homme !  Et bien, c'est moi qui vais te la mettre , ma main aux fesses ! Pas pour te faire plaisir, je peux te l'assurer !"
  Ses yeux si doux que j'avais vu la veille étaient devenus sombres !
Puis tout se passa trés vite !  C'est avec les fesses à l'air que je me retrouvais sur ses cuisses, poussée par une main énergique, au visu des deux comparses qui rigolaient !
  Et ... AAHH ... ! Ce fut la fessée ! OUHH ...  de vives claques bien serrées qui alternées sur chacune de mes fesses ! Pas du tout le style de fessée que me donnait habituellement mon tuteur, sévère mais modérée !  Là, c'était la fessée bien cinglante , rapide ... en définitive la fessée d'une femme en colère qui veut faire mal !


 
  Une Elsa qui avait décidé de me corriger de belle manière !
Et je gigotais, tout en pleurant, offrant mes fesses sévèrement chatiées au regard de Nadia, et surtout d'Arthur !
  Lorsqu'enfin, elle me redressa, ce ne fut pas pour me consoler, loin de là !
-" Maintenant, tu descends ton short aux chevilles et tu vas te mettre les mains à plat sur la table basse ! Qu'on voit bien tes fesses toutes rouges !"
  Oh la honte ! Je savais que j'avais un fendu profond et ouvert qui montrait bien mon anus et ma féminité ! Arthur allait voir tout çà !




    C'est à ce moment qu'entra mon tuteur ! Le bruit des claques l'avait certainement attiré ! Il caressa mes fesses pour saisir leur chaleur ( Avec un petit mouvement dans l'entre fesses que je lui connaissais bien ... un brin cochon ! ) puis s'adressa à Elsa :
-" Je connais bien Estelle ! C'est une effrontée, une sale gamine, mais ... pas une dévergondée ! Je pense plutôt qu'il y en a deux autres, ici même, qui sont vraiment responsables et qui auraient besoin d'une bonne correction ! "
  Elsa se tourna vers les deux personnes concernées, retrouvant son oeil noir !

            Mais ... c'est une autre histoire que racontera Nadia , aidée du pauvre Arthur !

lundi 28 avril 2014

TOUTE NUE DANS L'ESCALIER !


                                                            J'ai longtemps hésité avant de publier la photo de NATHALIE au visu de tout le monde ! ( Il est vrai que j'ai environ entre 250 et 300 visiteurs sur mon blog !) Car elle est toute nue, avec de jolies fesses qui se dandinent dans l'escalier ! Mais j'ai son autorisation formelle et confirmée, alors je vous présente Nathalie, fesses à l'air, avant qu'elle ne soit punie par une bonne fessée !
  













              


                                                          Il est vrai que j'avais l'habitude de me trimbaler toute nue dans l'escalier de mon immeuble à une heure tardive ! Une sorte de provocation en imaginant les voisins sur leur palier me regarder !
  Mais ce soir là,caché dans l'ombre, il y avait un homme qui m'épiait ! Il sortit de son recoin et je le reconnu aussitôt : Zerte ! Le monsieur qui avait vu mon derrière recevoir la fessée déculottée lorsque j'avais manqué de respect à ma concierge !
  Vivement, je fis volte face pour remonter les escaliers et j'entendis résonner sa voix dans cette cage .
-" Nathalie, je crois qu'une fessée ne t'a pas suffit ! Il t'en faut une seconde et tu ne vas pas tarder à la recevoir ! "
-" Vieux poussif ! Il faudrait déjà que tu me rejoignes pour me la flanquer cette fessée !"



  Mais il était alerte, le petit barbu ! Quatre à quatre qu'il grimpait les marches et avant que je ne puisse ouvrir ma porte, il m'avait saisi par les hanches, sa main plaquée sur le haut de mes fesses ! J'étais toute nue contre lui !
-" J'ai un gros avantage ce soir ! C'est que je ne suis pas obligé de te déculotter ! Cà perd de son charme, mais celà va me permettre de voir l'entier de ton fessier tout rouge ! "
  Puis il me fit pivoter dos à lui ( Je devrai dire cul nu à son regard ) caressa le bas de mes fesses et ... ce fut atroce !




  Il avait entamé la fessée par de grandes claques sévères, vives, et bien retentissantes dans cette cage d'escalier mal insonorisée !
  AHH ... ce n'était pas une fessée tendance sensuelle que je recevais, mais plutôt une bonne fessée digne de celle donnée à une sale gamine !
  Je gigotais tant que je pouvais mes fesses de droite à gauche, cherchant  à éviter cette terrible main masculine qui claquait sans faiblesse !
 A un moment, je pliais les genoux pour éviter cette avalanche de claques, mais je fus rapidement relevée !
  C'est à cet instant que j'entendis une porte s'ouvrir au palier du dessous. Un studio occupé par un jeune étudiant .
  Dix marches en dessous, il voyait mes rondeurs !
-" Ouais ... la voisine toute nue qui se ramasse une fessée ! Wouah ... ce cul qu'elle a ! "
  Nullement décontenancé par ce nouveau venu, Zerte continuait ma correction en m'obligeant à reculer tout près des marches afin que le jeune homme profite bien de la vision de mon derrière écarlate !


  Lorsqu'enfin il décida de stopper les horribles claques, j'avais l'entier de mon postérieur qui me brûlait . Du bas du dos jusqu'à la limite de mes cuisses !
  Et je n'avais aucune possibilité de le cacher n'ayant ni culotte, ni jupe, sinon mes mains posées sur chaque rondeur pour les frotter énergiquement afin d'éliminer la cuisson intense . Mais celà ne faisait qu'aggraver mon exhibition car, par ce geste, je devais dévoiler parfaitement ma raie des fesses !
  Puis Zerte me tira par l'oreille, m'obligeant à le regarder : " Et ce n'est pas la dernière fessée que tu recevas, je peux te l'assurer ! Ce week end, je tiens à ce que tu sois en belle tenue pour te présenter à ... ma petite famille ! Tu y verras d'autres fessiers que le tien dénués ! C'est compris ou je recommence ?"
-" Oui ... oui, tout ce que tu voudras !"
  Puis il redescendit les escaliers tout en disant au jeune homme en passant devant lui :
-" Tu peux aller toucher, la place est toute chaude !"
  Oh ... vexée, meurtrie et humoliée, je me jetai dans mon appartement en fermant bien la porte !