lundi 17 février 2014

MA CONFESSION !

                                                           Bon ! Je crois que c'est un peu à mon tour de me décrire ! Car si je suis un "accro" de la fessée, c'est parce qu'il y a eu un "déclic" à un moment ou à un autre dans ma vie qui m'a donné cette envie, voir ce besoin, d'apprécier ce genre de punition pourtant humiliante et douloureuse : La Fessée Déculottée !
  Pour celà, il me faut remonter aux années 50/60, une époque ou la fessée n'était pas qu'une menace, mais une réalité quotidienne envers les filles et les garçons "pas sages " !


  Que ce soit à la maison, à l'école, ou même dans la rue, cette sorte d'épée de Damoclés représentée par la fameuse fessée déculottée était toujours suspendue au dessus de nos fesses ! Et très souvent, elle tombait !
  D'ailleurs, il n'était pas rare que le mot "fessée" soit estompé pour faire place à une allusion bien significative : " Je te préviens, si tu continues tes bêtises, je te déculotte ! " Ou bien : " Tu veux que je te flanque une déculottée devant tout le monde ? "
Pas besoin de précision, la sentance de la fessée cul nu était bien comprise ! Et souvent concrétisée !
  Car à cette époque, il n'était pas rare de voir des gamins de 9 ou 10 ans se faire déculotter sur la place publique !
  Pour ma part, j'ai pû voir un garçon, sur un petit marché de village, le pantalon et le slip baissé par sa mère pour recevoir une bonne fessée en présence d'autres personnes !




  Etant encore tout môme, je me souviens que çà m'avait choqué ! Le bruit trés fort des claques, les cris perçants du gamin, et surtout ... les rires des ménagères présentes !
  Oui, la vue d'une fessée déculottée fait rire !
Je n'ai jamais compris pourquoi ? Mais il est vrai que la situation d'un garnement se retrouvant fesses nues pour qu'elles soient corrigées par une main claquante porte à la rigolade !
  Nous avions beau avoir de petites fesses menues ( Rien de comparable avec des fessiers adultes ) nous n'aimions guére les montrer toutes nues devant d'autres personnes !
  On avait beau nous avoir inculqué l'indécence et l'incongruité à montrer notre nudité postérieure ( " C'est honteux de montrer son derrière !" ) l'adulte ne se gênait guère dans le cas d'une fessée à exhiber nos fesses !
  Si une fillette baissait sa culotte volontairement pour tortiller des fesses devant un garçon, c'était une "dévergondée ", une " moins que rien " !
Par contre si elle était déculottée par l'adulte, tortillant ses fesses  nues sous la fessée en présence de ce même garçon, c'était normal !
  Allez comprendre !!




  Surtout que ce style de correction humiliante pouvait aller jusqu'à 14 ans .
Pourquoi cet âge butoir ? Parce qu'il y avait encore le certificat d'étude ! Et que jusqu'à cet examen, nous n'étions encore que des gosses ! Car ensuite, en règle générale, nombre d'entre nous entraient dans le monde du travail ! Ce n'était plus le monde de l'enfance !
  Quoique j'ai su que dans un grand atelier de couture, proche de Paris, de jeunes apprenties de 16 ou 17 ans recevaient encore la fessée !
  Ainsi que le commis d'une ferme, agé de 15 ans, déculotté par sa patronne en présence d'une jeune servante, pour être corrigé avec le martinet !
Et il paraît que c'était assez fréquent qu'il recevait ce châtiment le derrière bien dénudé jusqu'aux chevilles !




  Toutes ces explications pour dire que j'ai vécu une période ou la fessée n'était pas un vain mot ! Que j'ai vu pas mal de fesses nues se faire claquer ( Ou recevoir le martinet, bien en usage également à l'époque. ) et que moi-même je me suis souvent retrouvé cul à l'air pour être fessé !
( Tardivement, je dois l'avouer )
  Jusqu'au moment ou l'une de ces fessées a déclenché en moi une émotion bien particulière !

  Ce que je vous expliquerai dans un prochain épisode !

23 commentaires:

  1. J'adore ces récits de fessées avec les dessins de Zerte..
    Surtout quand ce sont les garçons qui sont fessés cul nu et souvent en public par ves femmes.
    Je viens de lire plusieurs récits et de voir les suggestions de Zerte pour imaginer no propres histoires.
    Hélas un problème technique ne m'as pas permis de les commenter: à chaque tentative il ya vait un messsage d'erreur.
    J'ai particulièrement aimé la première: celle où l'institutrice donne la fessée au papa après l'avoir déculotté.
    Et qu'elle lui avoue après qu'elle ne déculotte jamais un élève..
    Que j'aimerais être à la place du papa.!

    RépondreSupprimer
  2. je comprends d'autant mieux que je suis mo iaussi accroc à la fessée déculotté,toujours désirée de mains féminines..

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Jeanmi, dommage que tu n'es pas parlé de la fessée à l'école. Car elle existait à cette époque ! Dans notre école de filles, une fois sur l'estrade, nous avions la blouse et la jupe retroussées devant toute la classe, et nous recevions la fessée par dessus notre culotte blanche ! Bien sur nous n'étions pas déculottées, mais c'était déjà honteux !
    Josette F.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Josette. Pour mapart les punitions à l'école c'était l'humiliation totale car l'institutrice que nous avions en cm 2 déculottait systématiquement pour la fessée, les filles comme les garçons et devant la classe. J'ai été mortifiée le jour où je me suis retrouvée allongée sur ses genoux, sur l'estrade, avec la robe retroussée au milieu du dos et la culotte baissée sur les mollets, les fesses tournées vers la classe. Plus que les claques (déjà douloureuses) c'est surtout d'être déculottée devant toute la classe qui m'a marquée à l'époque ...
      Armelle M. Perpignan

      Supprimer
  4. Je crois que les années "60" se sont perpétuées. Car il y a 32 ans de celà, c'est à dire en 1982, j'ai reçu une fessée déculottée par la boulangère de mon quartier !
    Il est vrai que j'avais dérobé des carambars et , avant que je ne réalise ce qui m'arrivait, je me suis retrouvé sous le bras de cette dame qui m'a aussitot baissé mon short et mon slip pour me flanquer une fessée que je ne suis pas prêt d'oublier. Surtout d'avoir été déculotté à 10 ans passés. Jérome.

    RépondreSupprimer
  5. Salut ! C'est bien beau le rétro, mais c'est du passé. Je préfère voir les fesses actuelles de Nadia et Estelle recevoir la fessée ! Je regarde les dessins de Zerte, puis je ferme les yeux pour imaginer. Et là, pardonnez-moi mesdemoiselles, mais je bande !
    Gab.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Josette F.
    Dans les années 60, les institutrices utilisaient souvent les claques ou encore les coups de règles (carrées en bois), sur l'arrière des cuisses des écolier(e)s.
    Ces punition étaient très efficaces et aussi très faciles à appliquer immédiatement, car les petites filles ou les petits garçons restaient en permanence avec des cuisses au 3/4 dénudées ( jupettes , robes ou culottes courtes , souvent bien courtes.Il suffisait à la maîtresse de prendre le fautif ou la fautive par le bras gauche , pour lui administrer claques ou coups de règles sur ses cuisses nues.Il y avait toujours beaucoup de pleurs, mais cette méthode était radicale pour calmer les plus indisciplinés.
    Puis s'en suivait le côté très vexatoire de cette punition .Partout ou il allait: Cour de récrée, rue, magasin, camarades de classe , passants, parents pouvaient d'un simple coup d'oeil voir sur l'arrière de ses cuisses les marques de la correction.Les marques de coups de règles persistaient souvent pendant 3 ou 4 jours.Et pas question de mettre un pantalon! c'était toujours la meme tenue pour l'école: short ou jupette:Je dis pas la grosse honte.
    Mais les parents ne voyaient rien à dire, bien au contraire:ils étaient ravis de voir que la maîtresse apprennent à leurs enfants de bien se conduire à l'école.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,

    Suis un homme dans la cinquantaine et j’ai vécu une relation de fessée avec une amie pendant plus de 10 ans.
    Je souhaite correspondre avec des dames qui pourraient être intéressées par mon expérience. ; vous pouvez m’écrire ici : gigi3945@gmail.com
    A bientôt !

    RépondreSupprimer
  8. J'adore la fessée !

    RépondreSupprimer
  9. Tu as eu de la chance Josette, parce que moi j'ai été déculottée sevant toute la classe ! Ainsi qu'une copine et un garçon ! Tout simplement parce qu'on se faisait des bisous sur les lèvres dans un recoin de la cour de récré.
    Nous étions allés au coin tandis que la maîtresse installait sa chaise au milieu de l'estrade .
    Et, à tour de rôle, nous nous sommes retrouvé sur ses genoux pour qu'elle nous déculotte et nous donne une bonne fessée !
    La classe entière voyait nos fesses nues se faire corriger !
    Avec retour au coin les fesses à l'air .
    Ce fut la honte de ma vie, mais aujourd'hui j'y repense avec volupté ! Eliane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi mon souvenir c'est la honte tout en ressentant aujourd'hui le trouble d'être déculottée devant les garçons et les filles de ma classe. Je garde en mémoir la honte terrible, les mains de l'institutrice qui ont attrapé l'élastiqaue de ma culotte, mais aussi de sentir l'air sur mon dos et mes fesses, avec la robe remontée au mileu du dos et la culotte baissée aux mollets. Je sens encore les regards de mes camarades sur mes fesses dénudées ...Armelle Perpignan

      Supprimer
    2. Bonsoir Armelle, moi aussi j'ai connu la fessée à l'école, dans les années 80, et maintenant supprimée, on voit le résultat..Seriez vous pour le retour de la fessée à l'école?

      Supprimer
    3. Avec volupté... Au point de vous donner envie d'en recevoir une autre, et, qui sait, en public, Eliane ?

      Supprimer
  10. Moi aussi j'ai connu la fessée déculottée dans les années 90 en CM2. L'institutrice ne déculottait que les garçons en plus, ce qui me rendais fous de rage car injuste. Sans doute une femme frustrée qui n'aimait pas les garçons car elle appliquais pour rendre la fessée bien humiliante. Elle était systématiquement donnée sur l'estrade (pour un oui ou pour un non), slip aux chevilles, debout face à la classe pour voir les filles rigoler et pour qu'elles voient bien nos sexes, longues et cuisantes et ensuite au coin cul nu! Je l'ai reçu plusieurs fois pour des fautes mineures et je lui en veut beaucoup, une vrai garce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette maltraitance scandaleuse et sexiste aurait dû être dénoncée et cette femme chassée de l’Éducation Nationale (avec une bonne fessée publique, les jambes bien écartées devant les anciens élèves qu'elle avait fessés ?).

      Supprimer
  11. Bonjour à toutes , et à tous :
    Tout comme vous ,j'ai également reçue la 《 FESSÉE 》 déculottée ! Et cela , dès mon plus jeune âge . J'avais à peine 3 ans et cela , ma mère , qui était une femme très stricte , et extrêmement sévère , et très autoritaire , me l'a administrée jusqu'à l'âge de 21 ans révolus ! Des 《 FESSÉE 》 j'en ai reçu par paquet ! . J'en Recevait , en moyenne , jusqu'à 3 à 5 fois par jour ! . Du 1er janvier , au 31 décembre .
    Si vous êtes désireux d'en savoir plus sur ce que fut mon enfance , vous pouvez me joindre sur GOOGLE + , et je vous raconterai , tous les sévices corporels auxquels ma mère s"addonnonnait sur moi .je me confierai sans fausse pudeur , et ne vous dirai que toute la vérité vraie ! .

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour, dans les années 70 la fessée était tolérée et ne posait aucun problème. Je l'ai reçue à la maison mais la pire de toutes a été à 13 ans déculotté dans la rue devant tout le monde dont une voisine et des filles de ma classe, par ma mère. J'ai été mortifié et n'ai jamais recommencé mon insolence.
    Christophe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, ce fut à 14 ans dans la cour de mon immeuble
      Je rentrais du lycée ce jour là et j'étais impatient de faire part à ma mère de ma note en Maths :18/20
      Arrivé dans la cour, j'aperçus ma mère qui discutait avec une voisine
      Je m'approchai de maman et l'interrompis dans sa conversation
      "Jean-Philippe, tu ne vois pas que je cause avec Sophie,monte à la maison je te rejoins dans 5 mn"
      "Mais maman j'ai eu un 18 en maths !"
      "Tu montes à la maison!"
      Vexé par le peu d'attention que ma mère portait à ma nouvelle je répondis sans penser aux conséquences
      " Tu me fais chier de toute façon mes notes t'intéressent pas"
      Qu'est-ce que je n'avais pas dit là
      Je vois maman changer de visage et fondre sur moi
      Je n'ai pas le temps de déguerpir qu'elle me saisit par le bras puis commence à déboutonner mon pantalon
      Je crains le pire. Maman ne dit pas un mot mais avec une énergie époustouflante baisse mon pantalon à mes chevilles
      Je pense qu'elle va s'arreter là mais elle saisit à 2 mains mon slip et le descend à mes pieds
      "Mais maman qu'est-ce que tu fait ?"
      Et bien je te déculotte pour te mettre la fessée mon garçon !
      Il y a un monde fou dans la cour et tout le monde a les yeux braqués sur moi
      Je vais etre la risée de tout l'immeuble
      Je suis cul nu et je ne peux plus rien faire me débattre ne serverait à rien ma mère obtient toujours ce qu'elle veut et là je peux le constater je vais recevoir la fessée de ma vie
      Sans perdre une seconde maman me prend sous son bras et commence à claquer mon derrière
      Je sens les premières larmes couler sur mes joues mais la fessée s'intensifie et je pousse des petits cris mais soudain 3 claques virulentes me font perdre mon souffle et j'éclate soudain en sanglots
      Mes pleurs envahissent toute la cour
      J'entends vaguement les commentaires de 2 filles :" Dis donc sa mère lui donne une sacrée fessée j'aimerais pas etre à sa place
      La fessée prend fin maman me relache et me reculotte comme un petit garçon car je suis incapable de me rhabiller tellement mes fesses me brulent
      Ma mère me prend par la main et me ramène à la maison
      J'ai pleuré au moins 2h dans ma chambre et le lendemain lorsque je suis retourné au lycée j'ai évité de croiser mes voisins qui m'avaient vu la veille cul nu dans la cour
      Je peux vous assurer que je n'ai plus paré de cette façon à ma mère

      Supprimer
  13. Moi aussi j'ai reçu de belles et cuisantes fessées déculottées de l'âge de 4 ans à 17 ans. Je suis né en 1975. Mes camarades de classe aussi en recevaient en public et chez eux.

    RépondreSupprimer
  14. En effet, je suis né également en 1975, les fessées déculottées étaient données sur mon petit fessier et aussi du martinet. Les copains recevaient aussi des fessées cul nu en public, chez eux, au martinet, ceinture, baguette ou encore des branches d'arbustes. Les fessiers étaient striés et très rouges des copains quand ils nous les montraient.

    RépondreSupprimer
  15. Moi mon petit cousin m'a deculotté dans un jardain car on a fait un jeux chaque jour un de nous joue le role d'adulte est j'ai insulté un garçon dans le jardain est mon cousin m'a puni en m'enlevent mon slip ets il m'a donné 20 fessé est le garçon que j'ai insulté m'a donné 70 fessé.
    Est une deusieme foix je joue le foot avec un garçon est je me suis bagaré est mon cousin m'a ataché avec une corde est il m'a mit dans une table est le garçon m'a enlevé le slip est il m'a donné 60 fessé par la main est 50 par le sandale.
    Mon cousin 10ans est moi 10.5

    RépondreSupprimer
  16. Je suis favorable au retour de la fessée à l'école comme le préconise un internaute anonyme
    J'ai reçu de nombreuses fessées dans les années 60 à la fois par ma mère et mes institutrices et je n'en suis pas traumatisé pour autant
    Je trouve que les enfants d'aujourd'hui sont peu respectueux des enseignants et je pense que la fessée recadrerait certains gamins insolents

    RépondreSupprimer
  17. A propos d'insolence , une gamine de 14 ans s'est prise une correction dans un parc pour avoir insulté une nounou qui lui demandait de ne pas perturber les petits qu'elle gardait
    En effet la gamine jouait à s'arroser avec des bouteilles d'eau avec 2 de ces copines
    La nounou lui demanda d'aller jouer plus loin et l'adolescente répondit :" on vous a pas sonné occupez vous de vos marmots !"
    La nounou s'adressa à la gamine insolente : " et si je te donnais une bonne fessée devant tes copines "
    " Dans tes reves répondit la fillette"
    Je vois la nounou changer de visage et se lever de son banc pour fondre sur l'ado rebelle
    La gamine n'a pas le temps de déguerpir qu'elle est rattrapée par la nounou qui la saisit par le bras et la ramène vers le banc ou elle était installée et là nous assistons à une scène inédite
    La nounou sans perdre une seconde baisse le short de la gamine puis baisse sa culotte sans que la jeune fille ne puisse se débattre
    Cul nu devant ses camarades elle se retrouve sur les genoux de la nounou qui commence à claquer son derrière
    La fessée prend une intensité telle que la fillette crie et pleure à chaudes larmes mais 3 dernières claques plus virulentes coupent la respiration de la gamine qui part dans d'énormes sanglots
    La nounou la relache et lui fait la morale
    Ses copines ont pris la poudre d'escampette de peur de subir le meme sort
    je n'avais pas assisté à un tel spectacle depuis longtemps et cette jeune fille va se souvenir de cette correction humiliante
    peut etre s'agissait il de sa première fessée car son insolence prouve qu'elle ne connaît pas les limites
    A t-elle des parents responsables ? j'en doute !
    En tout cas , elle n'est pas prete à recommencer à insulter une maman dans un parc
    Cette fessée l'a tétanisée et elle a quitté le parc en se frottant le derrière et pleurant toujours à chaudes larmes

    RépondreSupprimer